GAL_0442En tant que parent il y a nos intentions et la réalité de nos actes. Mon intention trouve sa source dans la bienveillance, bientraitance, respect, authenticité. Mes intentions sont bonnes. Et a priori la plupart des parents ont de bonnes intentions. La finalité est bien autre chose.

Nous mettons dans les mots positif qui illustre ma parentalité chacun un ensemble de définition bien personnel résultant de notre vision du monde. Si pour vous respect rime avec politesse pour d’autre il rime avec l’aspect de consentement, voir les deux. Bref, nous avons chacun notre petite cuisine interne de nos échelles de valeurs parentale.

JGAL_0158-2e vous l’ai dit : Mes intentions sont bonnes. Je reste une personne, humaine avec toute mon histoire, toutes mes blessures, mes émotions et forcement je ne suis pas le parent super héros que je rêve d’être. Je suis parfois, souvent, fatiguée. Parfois des gens me font mal, parfois des gens me font du bien. Parfois j’en ai marre. Parfois les sons me font affreusement mal aux oreilles*, parfois je suis juste imparfaite. J’ai 4 enfants. Forcement qu’il y a des hauts et des bas. Et cela autant pour eux que pour moi. Iels se couchent heureux le soir. C’est important. Iels se couche en entant que nous les aimons, qu’ils ont chacun des qualités individuel que nous leur rappelons.

Forcément, je doute de moi. Quand on appuie sur cela, on essaie parfois, c’est parce que j’ai mon histoire. Et dans mon histoire le soir, on ne me disait pas « Je t’aime, tu es quelqu’un de bien, de bienveillant, de serviable, de gentil, tu comptes pour des gens, et plein de gens t’aimeGAL_1241 ». Non. Simplement parce que je n’ai pas eu le sentiment que pour mes parents qui était eux maltraitant tant dans leur intention que dans leur actes. Alors je me suis construite sans variable de départ. J’ai vu un thérapeute, poser mes racines. Et le soir je me pose pour voir si mes intentions et ma réalité sont concordante. J’aimerais vous dire que c’est toujours une réussite. Mais ce n’est pas le cas. Non. Je vous l’ai dit : Je suis humaine. Mais, chez nous il la vie fait que nous sommes deux parents. Alors a deux nous essayons d’ajuster au mieux notre parentalité. Et nos enfants éprouvent nos limites et nos capacités. Cela peut jouer en défaveur de notre équation. Au lieu de juste « nous en vouloir », on essaie de faire mieux chaque jour. C’est notre chemin.

GAL_9816A la fois nos enfants apprennent la vie, je ne perds pas de vue que nous aussi. Nous apprenons tous chaque jour, jours après jours. Il est facile de pointé qu’un jour j’ai été fatigué, ou encore juste dépassé par moi-même. Je ne me juge « Pas assez bonne » en tant qu’humaine. Je suis exigeante avec moi. Et je m’en fou que ça déplaise. Et j’attends des choses pour mes enfants, autant que j’en attends d’eux parce qu’en vrai tous les gens ont des attentes dans les relations et peu de gens osent l’assumer.

Aujourd’hui, c’était une belle journée. J’ai eu l’avis d’une partie de l’équipe éducative de mon ainé. Ce que je vois de merveilleux en lui est aussi capté à l’école. On m’a dit à quel point c’est un humain de qualité avec de l’estime de lui. J’ai un sentiment heureux et émue. Parce que… je n’ai pas trop déconné. J’ai pu échanger 5 min avec la gardienne des deux plus jeunes qui sont en maternel. Elle m’a touché. Parce qu’ils sont dans leur sensibilité. Chaque jour, j’espère qu’ils suivront la bienveillance… J’ai aussi parlé avec E. Je l’ai évoqué dans un article sur avoir un enfant Haut Potentiel. Il est capable de me dire « Quand tu es fâché tu m’aime quand même ». GAL_9822Depuis quelques jours, il est dans une empathie éveillé et me dis « combien » il m’aime, « combien » il aime sa fratrie. Et pour lui ce n’est pas égale. Chaque fois il utilise une image différente. Je lui ai dit que je l’aimais jusqu’à l’infini aller-retour plus d’un million de fois. Il m’a répondu avec un « Je t’aime ». Il est fort ressemblant à son papa. Il le dit rarement. Il m’a aussi dit récemment que j’étais la meilleure maman pour lui. Il a de la finesse. Je m’égare juste pour dire que même si parfois nos actes ne sont pas à la hauteur de nos exigences, gardons-le cap, et n’oublions le dialogue autant avec nos enfants que ceux qui passent du temps avec eux.

Rien n’est figé.

 

______________________________________________

* J’ai une ouïe très, trop sensible. Le bruit m’épuise autant qu’il peut me faire physiquement mal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s