Simplicité volontaire ou l’éloge du classime

En ce moment fleurisssent les articles sur Michelle McGagh. Elle est trop bien cette égérie de la simplicité volontaire. Elle avait des fins de mois difficiles. Trop dur la vie. Vraiment quand tu est dépensière et Que tu as un salaire privilègier. C’est rude. Même si les femmes sont toujours payé au rabais. Elle n’en reste pas moins une privilégiée.

Alors dans un acte profond de changement de vie, Michelle McGagh a décider de ne vivre qu’avec le strict nécessaire. Plat simple, utiliser son vélo (acheté avant son début d’expérience). Elle s’est lancé dans le defi d’une vie monacale volontaire. 

C’est la simplicité volontaire. Et puis elle a économisé plein de sous. C’est une si belle leçon. Ou pas. 

Car il y a l’autre angle. Celui de l’indécence. Celui de l’acte Qui frime sur son choix de vie. Celui qui ne voit pas l’insulte. 

Oui, Michelle McGagh au aussi ce pendant. Elle a choisi volontairement de vivre une vie de pauvre pour faire des économies. 

Pourtant c’est se mettre en donneuse de leçon – même si ce n’est pas son but. On l’idolâtre sur les réseaux sociaux. Et je n’ai qu’une envie lui dire « Check Your privilege ». 

Sur terre, plein de gens n’ont pas le luxe de choisir la simplicité. Que dire des 4 enfants sur 10 née à Bruxelles sous le seuil de pauvreté. 

La simplicité volontaire ne rime en rien avec altruisme. Elle visent dans ces pratiques assez typique à se faire plus d’argent. 

Je ne dort pas sur un sommier fait de palette parce que la récup’, c’est Mieux. Non. Moi j’ai pas le choix. L’allaitement n’est pas un choix. C’est une obligation. Mettre des pulls, ce n’est pas pour économiser du chauffage. C’est pour ne pas avoir froid. 

Alors les leçons d’économie qui visent à favoriser l’enrichissement personnel, ça me gêne. Ce type spécifique d’adepte de la simplicité volontaire sont des gens de l’économie de marché. Ils vous le disent « il n’ont pas à avoir honte d’avoir des sous ». En effet. Mais rassurez-vous. Je n’ai rien contre vos privilèges. Grand bien vous fasse. Je n’en peu plus de vos leçon de moral immorale.

Il n’y a rien de simplexification à choisir une imitation d’une vie frugale et pauvre. Car l’argent économisé est réinvesti vers vous. La démarche vise l’ego. 

Il n’y a rien d’honorable à se rendre faussement pauvre. Car plein de gens subissent la simplicité. Ils n’ont aucun choix. Quand Michelle McGagh nous rappel sont choix d’une alimentation simple et frugal. Je voix mon défi : faire de ma boite de tomate Pelé un met de haute gastro. Car oui, Moi mon défi sera d’équilibré épices, assaisonnement en tout genre pour crée des illusions Gustative. Mon défit c’est de mettre de la magie là où il n’y en a pas. Je ferais de ma pomme une tartes aux épices. Parce que pauvreté ne rime pas avec déplaisir. Le midi, Cest certes des restes mais ils doivent donner envie

 Michelle McGagh et ces congénère sont dans une attitude de supplétoire de classe. Ils nous explique comment faire des économies là où notre défi est de mettre de la magie là où sa coleur s’efface. Chez nous la collègue de la magie existe. 

La simplicité volontaire est une actions rarement honorable. Pourtant Moi, simple pauvre j’ai plis d’altruisme que les donneurs de leçon. Quand je peux donner un poulet à la mer qui mendiais au super Marche, je me sentais moins  null avoir une vie Moins merdique qu’elle. 
La simplicité volontaire aurait pour beaucoup un but économique. L’altruisme n’est pas au rendez-vous 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s