Miroir, mon doux miroir ;-)

Miroir, mon doux miroir ;-)

GAL_0323Chaque enfant est différent, parfois l’un deux est plus ou moins un miroir. Il n’est pas toujours facile de le voir grandir, de l’accompagner. Il touche très facilement à nos douleurs, à ce que nous n’avons pas eu ou pas assez eux. Il y a un de mes enfants qui me fait écho. Je le comprends très bien. C’est facile. Je le décode en un clin d’œil. Cela ne veut pas dire que je réponds avec justesse. Non. Juste que lui, je le capte.

Je capte son fonctionnement émotionnel, ses réactions, ses vexations, ses colères, ses élans. Bref, chez lui, c’est limpide. Et du coup, ce n’est pas si limpide pour son papa. Parce que ben oui, il m’aime, tout ça. Mais je reste un peu compliqué à saisir autant qu’il l’est pour moi. Et un de nos enfants à cet effet miroir sur lui, et du coup si lui le comprend, si pour lui c’est fluide, pour moi c’est une énigme sur pate. Une belle énigme ! Mais pas simple à décoder.

AGAL_0422lors mon doux miroir, si dans son architecture émotionnel il à cette effet réfléchissant, il n’est pas une plongé dans ce que j’étais. Non. Il est plutôt une version de ce qui aurait mieux convenu à ma personne. J’arrive simplement à juste l’accompagner avec fluidité. Oh bien sûr bien mieux que les autres de mes enfants L sait comment fonctionne mes interrupteurs. Il sait comment me pousser à bout, comment me faire fondre. Evidement mon cerveau m’aide à rester au plus correct de ce que je peux.

J’espère lui offrir une enfance au mieux de ce qui lui faut. Parce que le fait qu’il y cette structure que nous partageons. Cela ne permet en rien à ce lutin de faire ce qu’il veut. Loin de là. Juste que je verbalise de façon plus percutante pour lui que d’autre ne le font.

GAL_2347Un fait qui m’interpelle. Ce petit bout d’humain merveilleux est celui qui charme tout un tas de gens qui rêve d’un lutin magique chez eux comme lui. C’est chouette, mais les personnes n’imaginent pas l’énergie que nous déployons pour qu’il soit aussi… libre d’être lui. Simplement parce que nous avons à la maison la version sans faux semblant. J’ai appris moi à ne pas exister. Il est heureux qu’il existe comme il est.

Publicités

Parentalité Proximale ? oui. Parentalité Distale aussi. Bref Parent.

Edit: cet article traitre de l’étiquette qu’un parent utilise pour définir sa parentalité. Je parlerais plus en longeur des parents maltraitant et de nos dysfonctionnements qui peuvent faire mal à nos enfants.

imageIl y a souvent une volonté de mettre une étiquette à sa parentalité, à la définir. Certes toute choses qui existe à un nom. Sauf que ces étiquettes ne parle pas de la réalité complexe et parfois du sens même des mots. Dans parentalité positive, bienveillante, authentique, respectueuse, il existe une opposition implicite très connoté négative, malveillante, fausse, irrespectueuse. Hors ces étiquettes que nous voyons comme positive, pouce en haut comme dirais mon deuxième enfants sont très défini. Hors donc tout parents à ma connaissance cherche une bienveillance, une éducation qui sera positive pour faire germer des valeurs, et le respect aussi. Simplement parce que nous mettons dans ces concepts différentes définitions. Certains verrons dans une punition privative un acte bienveillant qui permet de montrer que dans la vie tout n’est pas acquis, d’autre trouverons au contraire que c’est violent. Et je ne peux être juge de qui à raison ou tord. Simplement parce que c’est une question de philosophie de vie. Mais je suis certaines que chacun s’envisage comme au plus juste de ses choix.

imageIl y a un terme qui me parle, sûrement parce que j’aime lire le sens des mots : proximal. Il y a une notion qui parle de notre capacité au contact. L’oppose n’en reste pas moins positif. Parce que j’aime ce que j’y lis. l’adjectif proximal parle de ce qui est au plus proche du centre du corps, au coeur et connecté , en lien. C’est important car distal n’enlève pas le lien au corps, ai coeur , la connexion. Dans une perspective parental, nous oscillons entre distal et proximal. Et nos enfants aussi. Parfois nous pouvons, parfois je peux supporter que les enfants soit coller à moi, physiquement, émotionnellement… même souvent. Et je peux saturer. J’ai besoin de distance physique ou émotionnel. Parce que je suis humaine, parce que je ressent des choses, parce que la peau reste un organe qui me met en lien avec l’extérieur et que j’en suis extrêmement consciente. Et peux importe pourquoi, cela appartient à chaque histoire. mais que je sois dans une capacité proximale ou distal, je suis toujours relié à ma parentalité, mon amour pour mes enfants.

imageL’avantage de ces deux termes c’est qu’il laisse libre de qualifie le lien en fonction de l’instant. Suis-je en lien avec ma responsabilité de parents, mon affection, mon amour pour, mes devoirs parentaux? Cela apparentient à chacun et aux temps de la vie, à nos capacités et nos douleurs.

Je suis corporellement souvent ouverte à mes enfants, à leur besoin de toucher, de respective dans le contact. Parce que pour moi, c’est plus pratique, j’utilise des portes-bébé. D’autre seront plus à l’aise avec leur bras.

imagePuis j’y met d’autre choses : le holding, le handling, l’attachement, et mes perspective du lien, de la relience à mes enfants et là. Je suis parfois dans une parentalité proximale, parfois dans une parentalité distale parce que je suis en lien variable, circonstanciel et sans culpabilité extérieurs … juste avec mes écueils t mon auto jugement vis à vis de moi et cette exigence sans fin. 😉

Avoir un ou des Enfants Haut Potentiel

imageNous sommes dans une famille de Haut Potentiel (abrégé HP par la suite). Je parlerais de mon aîné A. plus tard. Ici, j’ai envie de vous parle du quotidien avec E, 6 ans. La parentalité est faite de défi, bla-bla-bla. E, c’est un défi ou, comme les 4 autres , mais c’est aussi l’escalade la face nord de l’Evrest.

Au quotidien, il a des difficultés à poser son attention auditive car le trie des informations son lui demande trop d’énergie. Du coup, nos échanges son complexes et tourne beaucoup autour d’une demande d’attention et répétions pour être sûr que le message passe.

imagePour manger , au delà de son allergie alimentaire, c’est penser à lui faire à part le riz, les pâtes, les pommes de terre, ou tout autre chose sans sauce et sans assaisonnement. Il n’aime pas les goûts trop prononcé.

Ses émotions sont extrêmement présente à lui, elle l’envahisse. Il est d’une intensité rare. Un refus, une demande de patience , toute chose frustrante le dévore. La joie est elle aussi extrêment. La tristesse est un miroir qui fait mal. Il ne la cache pas. Dans notre société, c’est difficilement admis d’être autant incarné dans le ressenti et de l’exposer sans pudeur et sans retenu. Tous les enfants le font me direz-vous. Certes oui. Sauf que depuis toujours il passe de 0 à 100 en une demi seconde.

Ses frustrations sont dur à accompagner. La compétition, gagner, cela s’impose à lui. Alors que ce n’est pas notre approche parental. Nous prônons la coopération. Mais pour lui ça compte. Tout fois, perdre fait partie de la vie. Et pour lui, c’est souffrant. Crises, pleures, colère voir rage sont ses soupapes pour tenir .

La solitude lui fait du bien. Mais c’est complexe avec la vie d’un petit loup de cet âge. Et avec 2 frères et une soeur, c’est difficile à proposer. Son lit est donc son sanctuaire. Il a retirer l’échelle pour en assurer l’accès limité.image

La faim sans fin d’expérience et d’apprentissage. C’est cool un enfant qui apprend seul l’anglais et la lecture. Hors, il n’en a jamais assez. Il faut quotidiennement nourrir sa soif de savoir.

Je pourrais lister de nombreux aspect du quotidien.

La plus part des gens voit l’enfant HP comme un super enfant cool. L’idée du petit génie familiale. Je ne crois pas avoir un génie. Je crois avoir un enfant avec ses spécificités, c’est surtout trouver comment lui proposer le mieux de ses besoins. HP ne doit en rien être une étiquette, c’est juste l’explication de comment il fonctionne.